Détail du livre

PARTAGER LA PAGE

DICTIONNAIRE DES CROYANCES ET SYMBOLES DE L'ANTIQUITE

Code EAN13: 9782035839435

Auteur: Inconnu

Éditeur : LAROUSSE


   pas en stock , à commander

Extrait

Abeille

Quelques-uns [...] ont pensé qu'il y avait dans les abeilles une partie de l'esprit divin, et comme une émanation éthérée de l'âme universelle. Un dieu, disent-ils, est répandu par toute la terre et la mer, et dans les profondeurs des deux. C'est de lui que les animaux, et les hommes, et toute la race des bêtes fauves, tirent en naissant des souffles légers de vie. Ces âmes, rappelées à leur principe éternel, s'y réunissent après que les corps sont dissous ; elles ne meurent pas ; mais, toujours vivantes, elles s'envolent vers les célestes espaces, et reprennent leur rang parmi les astres (Virgile, les Géorgiques IV, 220).

Divinité, art, vie, amour, prodige
L'abeille, plus sage par nature que beaucoup d'autres animaux selon Aristote, a joué un rôle insigne, en tant qu'insecte et en tant que symbole. Avant de consacrer de nombreuses pages à cet insecte sous le stylet de l'agriculteur, Columelle rappelle l'origine poétique de l'animal et cite, entre autres, Virgile, Hygin et Celse. L'abeille apparaît comme une messagère des dieux, dispensatrice de sagesse divine et dotée de vertus pour le bien de l'homme. Elle est le symbole de l'organisation, la solidarité, l'obéissance, le courage, la sobriété, la tempérance, la pureté ; elle ne souille rien de ce qui vit, affirme Clément d'Alexandrie ; et Plutarque et Élien de prétendre qu'elle déteste le luxe et la vie facile ; pareille à une jeune fille sage, elle fuit les mauvaises odeurs et les parfums capiteux ; elle pique l'homme parfumé, s'acharne sur celui qui s'adonne avec excès au plaisir de la chair. Au dire de Philon d'Alexandrie, certains semblent avoir cru que, par un mécanisme merveilleux, l'abeille recevait la rosée comme une semence qui l'engrossait, et que c'est ainsi qu'elle «accouchait» du miel. Cette belle image peut toutefois être ternie à cause de l'aiguillon, même s'il est en partie interne, preuve que l'abeille porte en elle moins d'agressivité que les animaux terrestres qui possèdent leur arme à l'extérieur, le scorpion par exemple.

Abeille fabuleuse
Quand tu le verras sous les chênes à la cime chevelue, ivre des oeuvres des abeilles au bourdonnement sonore, enchaîne-le (Fragments orphiques, Kern, 154 ; conseil de la Nuit à Zeus pour neutraliser Cronos).
Les versions sur la naissance des abeilles sont nombreuses et plus fantaisistes les unes que les autres. Gageons que des auteurs comme Hygin, Diodore, Virgile, Ovide, Martial, Varron, pour ne citer qu'eux, auxquels je me réfère ici, étaient conscients de faire de la pure poésie.
Mélissa est une jeune femme d'une grande beauté, que Zeus métamorphose en abeille. Les abeilles, filles des frelons et d'Hélios (le Soleil), élevées par les Nymphes Phryxonides, deviennent, en une grotte de Crète, les nourrices du dieu. Et Zeus, qui tient à conserver le souvenir familier des abeilles, les blondit comme l'or ; il veut qu'elles ne souffrent pas du froid, serait-il intense.
(...)
  • ean
    9782035839435
  • Éditeur
    LAROUSSE
  • Genre
    Pratique - Loisirs créatifs
  • Date de parution
    16/06/2010
  • Support
    Broché
  • Description du format
    Version Papier
  • Poids
    1146 g
  • Hauteur
    210 mm
  • Largeur
    140 mm
Aucune actualité liée